Retour de mission

Relecture, à la maison paroissiale de Saint Roch, de la mission de porte à porte vécue au cours de la semaine pascale.

Notre paroisse a accueilli trois « Serviteurs de l'Evangile », des laïques consacrées domiciliées à Valenciennes répondant aux prénoms de Marie-Jo (Espagnole), Catherine (Française) et Cholé (Mexicaine), au cours de la semaine pascale. Elles font partie d'une communauté missionnaire qui « ….se consacre à l'annonce de l'évangile en cherchant à transmettre la miséricorde de Dieu et en vivant au service de l'Eglise et de la communion. »

On a pu les voir et les entendre au cours de célébrations, de temps de prière, de témoignages, ou encore partageant un repas chez l'habitant etc.

Le 8 avril elles avaient convié les paroissiens à Dom Bosco pour quelques heures de formation à la mission. Une mission de porte à porte qui a été expliquée par des exemples vécus et une mise en situation.

Tous les relais, sans exception, étaient concernés.

Dans l'évangile de Marc (6, 7-13) il est notamment écrit : « Jésus appelle les Douze, et pour la première fois il les envoie deux par deux.... Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir... »

Ce n'est pas à deux mais à trois que les petits groupes ainsi constitués allèrent frapper aux portes les 17, 18 et 19 avril, souhaitant la Pâques et remettant à ceux qui les accueillaient une branche de buis et une image, des petites choses toutes simples qui ont facilité le contact.

Le 21 mai vingt cinq personnes ayant participé à cette mission se retrouvèrent une nouvelle fois à Dom Bosco pour parler de leur expérience.

Il en ressort que beaucoup connurent l'appréhension de s'engager dans cette première démarche : comment vais-je être accueilli ? Ai-je vraiment l'aptitude à aller frapper aux portes, à engager une conversation ? J'avais l'envie de m'engager mais comment ne pas déranger ?

La référence à l'évangile cité supra, la prière, la confiance en Jésus-Christ, le soutien reçu des trois religieuses gommèrent les peurs et balayèrent les réticences.

Certains connurent la déception de frapper à des portes qui ne se sont jamais ouvertes, d'autres se sont trouvés face à des cas dramatiques : handicaps, maladies, deuil récent... D'autres, enfin, eurent la joie de pouvoir échanger avec des gens bienveillants, pas forcément croyants, en se montrant attentifs à ce qu'ils avaient à leur confier. (j'ai été étonnée que les choses se passent paisiblement ; j'ai apprécié ces rencontres gratuites.)

Chez les personnes en souffrance, prendre le temps de les écouter a été pour elles un véritable exutoire à leurs blessures, physiques ou psychiques, un apaisement.

Frapper aux portes n'a pas toujours été une sinécure notamment face à des cas particulièrement pénibles de personnes en détresse, parfois très jeunes, en charge d'enfants en bas âge et isolées par exemple, n'ayant pas ou peu de contacts avec leurs « frères » et qu'il faudrait revoir.

Après la mission plusieurs on reconnut que cette action nouvelle de l' « Eglise » vers ceux qui s'en sont éloignés, a approfondi leur foi. L'avoir vécue en groupe a contribué à la réussite de la démarche (complémentarité) et a donné l'envie de recommencer.

La période de l'Avent pourrait être l'occasion d'une nouvelle mise en route pour ceux qui ont déjà vécu la mission durant la semaine pascale et pour d'autres qui souhaiteraient les rejoindre.

Merci aux Serviteurs de l'Evangile de nous avoir fait découvrir « la mission » et de nous avoir encouragés à y participer.

 

Pierre Péchiné

Article publié par PAROISSE ST ROCH • Publié le Mercredi 22 mai 2019 • 339 visites

keyboard_arrow_up