Un étrange autel

l'autel de l'église de Landrecies est en fait un catafalque reconverti

 

 

Il est courant de constater que, l'habitude faisant, on ne prête plus attention à son environnement et à ses particularités. Ceux-ci font parfois réagir des personnes venues d'ailleurs.

 

Ainsi, il y a quelques jours, quelqu'un m'interrogeait sur l'autel de l'église de Landrecies. En effet, le meuble, pourtant sculpté, pourvu d'évidements à sa base, débarrassé de sa nappe, intriguait le visiteur.

Comme dans un conte pour enfants, je lui ai fourni, en ces termes, l'explication attendue.

« Il était une fois, dans les années 1980, un prêtre au cerveau bouillonnant, toujours en quête d'une nouveauté, jamais à court d'idée : l'abbé Guy Lacroix, curé-doyen de Landrecies, historien à ses heures perdues, conférencier, chef de chœur, jardinier, maçon, menuisier..... »

A cette époque, lors des funérailles, les services des pompes-funébres déposaient le cercueil sur un catafalque à roulettes, fort lourd et difficilement maniable, propriété de l'église. Avec le temps ils se sont équipés d'un matériel plus léger et le vieux porte-cercueil est resté à l'abandon au fond de l'église jusqu'à ce que l'abbé Lacroix s'y intéresse. Une nouvelle idée avait germé : ce meuble allait devenir un autel ! Aussitôt dit, aussitôt fait. Avec l'aide de bénévoles les roues furent démontées et le catafalque poncé puis passé à la teinture.

Plus personne ne se souvient de ce qu'il advint de l'autel originel. L'abbé Guy Lacroix n'est plus là pour nous le dire mais ce qui fut un porte-cercueil est, quant à lui, toujours bien en place et pour de nombreuses décennies encore. En avance sur son temps, l'abbé avait trouvé le moyen de donner une seconde vie à ce meuble, devenu inutile !

 

A ceux qui pourraient s'offusquer de ce choix et même en être rebuté, on pourrait leur répondre en ces termes : sur l'autel on célèbre la mort et la résurrection du Christ ; sur le porte-cercueil qui accueillit les défunts on a également évoqué, au cours des messes de funérailles, leur mort mais aussi l'espérance à une vie éternelle. Alors, tout est bien !

 

P.P.

Article publié par PAROISSE ST ROCH • Publié le Vendredi 17 janvier 2020 • 188 visites

keyboard_arrow_up