Première messe du déconfinement

Après l'autorisation gouvernementale de reprendre les offices religieux, une première messe a été célébrée dans l'église de Landrecies samedi soir.

 

 

Depuis plusieurs semaines, le « covid 19 » nous avait contraint au confinement et à une restriction stricte de circulation. Réunions, manifestations.....et offices religieux avaient été interdits afin de limiter la propagation du virus.

Le samedi 23 mai, la bonne nouvelle est tombée : la participation aux offices religieux est à nouveau autorisée dans le respect des mesures sanitaires.

Au cours de l'après-midi, l'abbé Jean, Didier et Marie-Andrée Carlier ont procédé à la mise aux normes de l'église de Landrecies par un marquage au sol, par l'indication des places à occuper à l'aide de post-it de couleurs afin que chacun puisse disposer des 4m2 imposés par la loi. Les micros ont été entourés d'une film alimentaire et tous les objets de cultes ont été désinfectés par Marcelle.

A 17 h 30, Didier Vilette accueillait les premiers paroissiens qui devaient se présenter masqués, leur remettait du gel hydro-alcoolique pour se désinfecter les mains avant qu'ils n'aillent s'installer à la place choisie. L'assemblée n'était pas très étoffée ce 23 mai mais c'était une première après des mois de confinement au cours duquel d'autres habitudes ont été prises.

Pour ce premier office de mai, c'est l'abbé Jean-Marie Telle, secondé par notre diacre, Didier, qui a célébré tandis que le lendemain place était laissée à l'abbé Jean.

Cette première messe du déconfinement  s'est particulièrement bien déroulée, les lectures ont été parfaitement audibles malgré le masque. L'acclamation et l'anamnèse ont pu être également chantés sans difficulté.

Si, privés de messe, nous avons quand même pu suivre les célébrations à la télévision, il nous manquait la présence physique de la communauté paroissiale, la possibilité de prier ensemble mais aussi les uns pour les autres. C'est maintenant chose faite et nous espérons que chacun retrouvera le plaisir et la joie de faire Eglise, même s'il faudra continuer à se soumettre à quelques contraintes indispensables.

 

Pierre Péchiné

Article publié par PAROISSE ST ROCH • Publié le Dimanche 24 mai 2020 • 219 visites

keyboard_arrow_up